Si je marque, tu me suis ?

dimanche 24 mai 2009 | 12:59 AM

Dans notre dernier article, nous avons abordé la question des données de coûts venant des comptes AdWords (comment les activer ? comment en activer plusieurs pour un même compte Google Analytics ? etc.). Pour mémoire, ces données de coût permettent d'obtenir des statistiques dans l'onglet "Clics" du rapport "Campagnes AdWords". Les données des autres onglets de ce même rapport dépendent eux du suivi de ces campagnes, pour lequel vous avez le choix entre deux possibilités.
C'est donc le sujet qui va nous intéresser aujourd'hui. Nous aborderons également le suivi d'autres types d'initiatives marketing, comme l'emailing.


Le suivi Adwords, c'est automatique (pas commes les antibiotiques)

Dans l'onglet "Mon compte" de votre compte AdWords, si vous cliquez sur la section "Préférences de compte", vous verrez une partie intitulée "Suivi" :



Si l'option est réglée sur "oui", chacune de vos URL de destination AdWords sera marquée automatiquement et dynamiquement, à l'aide d'un paramètre de requête appelé gclid.
Donc si vos URL de destination ressemblaient préalablement à ceci :
http://www.monsite.fr/accueil.html
Elles ressembleront à ceci une fois marquées :
http://www.monsite.fr/accueil.html?gclid=12345

Note : la valeur du gclid est non prédictible, et différente pour chaque mot clé. Elle permet à Google Analytics de reconnaître le mot clé, le groupe d'annonces, la campagne, le compte AdWords.

Pour plus d'information sur le marquage automatique, consultez cet article d'aide en ligne.


Le travail manuel a du bon

Le marquage automatique, hélas, n'est disponible que pour Google AdWords et, bien que cet outil soit redoutablement efficace, ce n'est a priori pas le seul que vous utilisez pour votre stratégie marketing. Pour tous les autres outils, il existe une alternative : le marquage manuel.
Voici quelques exemples de situations dans lesquelles le marquage manuel peut vous être très utile :
  • Campagnes d'emailing
  • Campagnes de mots clés (non AdWords)
  • Campagnes de bannières
Pour marquer manuellement ces campagnes, cinq types de variables sont disponibles (plus de détails dans cet article d'aide en ligne), les variables en gras sont celles à renseigner obligatoirement :
  1. La source (le site référent, que ce soit un moteur de recherche ou non)
  2. Le support (le moyen qui fait venir de la source : naturel, payant, etc.)
  3. Le terme (le mot clé)
  4. Le contenu (la version de la publicité affichée)
  5. La campagne (le nom de votre campagne, pour les différencier)
Après avoir déterminé les variables dont vous aurez besoin, rendez-vous sur l'outil de création d'URL.
Donc si vos URL de destination de bannières ressemblaient préalablement à ceci :
http://www.monsite.fr/accueil.html
Elles ressembleront à ceci une fois marquées :
http://www.monsite.fr/accueil.html?utm_campaign=promo_juin&source=tel_site&utm_medium=banniere

Une fois ces URL en place, les données iront peupler les rapports dans la section "Sources de trafic", avec notamment des détails dans le rapport "Campagnes".


Note : si un utilisateur clique sur une bannière marquée manuellement, puis ajoute l'URL de votre site à ses favoris et/ou l'envoie a ses amis, et que cette URL devient de plus en plus utilisée, il se peut qu'elle remonte dans les résultats des moteurs de recherche. Pour remédier à ce problème, Google propose aux webmasters de spécifier la version de l'URL qu'ils préfèrent, version appelée "canonique", pour chacune de leurs pages (plus de détails sur cet article d'aide en ligne). C'est ce qu'on appelle la canonicalisation de ses liens.

Si l'objectif de cet article était de vous être utile, il m'a surtout permis de placer le mot canonicalisation (et ce, deux fois !), ce qui, convenons-en, a peu de chances de se reproduire dans ma vie de blogueur.


Posté par Serge Descombes, Responsable spécialistes Google Analytics